Le Centre municipal de santé doit vivre !

L’équipe municipale de Nicole Goueta a décidé de fermer le Centre municipal de santé (CMS).

Installé dans le quartier du Petit-Colombes, ce centre à vocation sanitaire et sociale permet à la population, notamment la plus défavorisée, d’accéder à des soins de qualité et de proximité.

Cette décision, qui intervient après la fermeture en 2015 des spécialités (rhumatologie, dentisterie, dermatologie, gynécologie, ORL, cardiologie, la radiologie, échographie), en est la suite logique. Elle est irréfléchie, irresponsable et inacceptable.

Irréfléchie car aucune offre alternative sérieuse n’existe pour compenser la fermeture du CMS.

  • Le CMS accueille 3900 patients et reçoit près de 10000 visites par an. Pour y faire face le CMS dispose de 4 médecins généralistes pour 3,7 équivalent temps-plein. Le centre de santé privé vers lequel la mairie veut renvoyer les patients du CMS compte certes 3 généralistes, mais l’un reçoit 3 jours/semaine, une autre un jour/semaine, le troisième 1 jour et demi.
  • L’Assurance maladie fait obligation, sous peine de pénalité financière, de désigner un médecin traitant. Où les 3900 patients du CMS trouveront-ils ce médecin ? Il y a à Colombes 43 médecins généralistes (2 seulement dans le quartier du CMS) ; la plupart refusent de recevoir de nouveaux patients, et au moins 13 ont prévu une cessation d’activité d’ici à 2021.
  • Que deviendra le planning familial hébergé dans le CMS ? Nicole Goueta envisage de le déplacer « peut-être à l’espace santé jeunes » mais ce dernier est lui-même en pleine restructuration.

Irresponsable parce qu’elle va priver d’accès au soin une population déjà fragilisée.

  • Pour justifier sa décision le cabinet de Mme Goueta invoque un déficit de 500 000 € par an, un chiffre qui semble gonflé pour les besoins de la cause, sans se préoccuper du coût pour la collectivité du non-recours aux soins de centaines de personnes faute de médecin. Ni des conséquences dans notre ville de l’absence de prévention sanitaire.
  • En supprimant les spécialités en 2015, l’équipe de Mme Goueta est en partie responsable du déficit qu’elle invoque aujourd’hui pour justifier la fermeture du CMS, puisque cette décision n’a fait qu’aggraver la rentabilité du centre.

Inacceptable parce que décidé pour de mauvaises raisons.

Le groupe de la France insoumise de Colombes exige le maintien de l’activité du CMS. Et, solidaire des médecins, du personnel et des patients, souhaite la réouverture des spécialités afin d’offrir à la population un véritable service public de santé.