Les DSP, c’est non !

Par facilité, les communes ont la fâcheuse habitude de déléguer la gestion de leurs services publics à des entreprises privées. Elles passent alors avec elles un contrat de « délégation de service public » (DSP) que l’entreprise négocie à son plus grand profit. C’est le cas à Colombes où la gestion des parkings assurée par Q-Park génère de gros bénéfices pour le fond d’investissement hollandais qui la détient, en vertu d’un contrat scandaleux. La distribution de l’eau potable, un bien commun, assure à Suez une rente cossue que nous payons tous. Cela doit cesser.

La justification avancée de ces recours au privé serait que le service public serait moins performant et plus coûteux que l’entreprise privée. C’est faux ! Le service géré par le public n’a pas à s’acquitter des impôts sur les sociétés. Il n’a pas surtout de dividendes à distribuer à des actionnaires. En fait, l’argument en faveur de la prestation par un opérateur privé se résume à la baisse du coût du travail. Résultat, les services cédés au privé se caractérisent par des avantages sociaux rognés, des rémunérations basses et une précarisation des statuts professionnels. Or quand le personnel est fragilisé, la qualité du service rendu aux administrés en pâtit.

Une prestation réalisée en régie publique est une meilleure manière de maîtriser la qualité d’un service public, sans engraisser des intérêts privés.

4 pensées sur “Les DSP, c’est non !

  • 23 décembre 2019 à 18:21
    Permalink

    bonsoir, je suppose que vous êtes au courant du projet de nouvelle DSP sur l’assainissement pour Colombes. Vous comptez la dénoncer, essayer de la contester ?

    • 24 décembre 2019 à 15:09
      Permalink

      Nous avons eu de brèves informations à ce sujet. Une fois de plus elles ne venaient pas d’élus au conseil municipal, ces derniers n’ayant jamais fondamentalement contesté les DSP. Il est inconcevable qu’une DSP soit reconduite par anticipation avant les élections municipales afin d’éviter que les citoyens en débattent. Cela avait déjà été le cas pour la distribution de l’eau en 2013 et à l’époque quelques membres de notre groupe d’action, dont Christiane Chombeau, l’avaient dénoncé (voir sur son blog). Celle-ci avait aussi mis le doigt, quand elle siégeait au Conseil municipal, sur un des effets de la DSP assainissement passée par Madame Goueta en 2005 : l’eau y était plus chère à Colombes que dans les autres communes du SEPG, le Syndicat des eaux de la presqu’ile de Gennevilliers (voir son intervention en CM). Donc pour répondre directement à votre question, dès que nous aurons des informations précises sur cette DSP nous la dénoncerons volontiers. Quant à la contester, nous sommes prêts à nous associer à toute action en ce sens, même si l’expérience montre qu’il ne suffit pas de gagner au tribunal administratif pour qu’une DSP soit annulée.

  • 27 décembre 2019 à 21:42
    Permalink

    OK MERCI. Quand pensez-vous avoir des infos plus précises ? Des élus de Colombes peuvent-ils vous les fournir ?

    • 30 décembre 2019 à 17:06
      Permalink

      Il n’est pas facile d’obtenir ces informations car le renouvellement de la DSP assainissement de Colombes était à l’ordre du jour du conseil territorial du T5 Boucle Nord de Seine du 9 décembre. Ce conseil a été semble-t-il reporté faute de quorum à une date inconnue. Depuis sa création au 1er janvier 2016, ce conseil territorial a récupéré des missions importantes jusqu’ici dévolues aux communes, mais son site internet se caractérise par une absence totale d’information sur les réunions et décisions de ce conseil. On peut en faire le reproche à tous les élus qui y siègent. En finir avec cette anomalie démocratique est un des enjeux des élections municipales.

Commentaires fermés.