Municipales : Perrotel vend la mèche d’une possible alliance contre-nature

Grosse surprise lors du Conseil municipal du 26 mai. Conseil municipal qui se tenait, période post-confinement oblige, en vidéoconférence. À la 7ème heure, 7h11 pour être précis, la maire veut donner la parole aux représentants du groupe LREM qui avaient déposé une question orale :

« Monsieur Perrotel ou Monsieur Sarkis ? » demande-t-elle à plusieurs reprises. Pas de réponse.

D’un seul coup on entend la voix de Sébastien Perrotel, membre de l’UDI et candidat de LREM pour les municipales. Ce dernier est en pleine conversation téléphonique. Il parle second tour à un interlocuteur non identifié (peut-être à plusieurs personnes) et évoque des discussions en cours avec Patrick Chaïmovitch (EELV), tête de la liste « Pour Colombes » rassemblant EELV, PS, PCF, Générations, Motivées… Il est question d’une négociation concernant la Direction générale des services, et M. Perrotel tranche comme en conclusion : « On va voir Chaïmo (sic) et si cela marche avec la gauche on y va… »

Consternation puis éclats de rire parmi les élus qui ont laissé leur micro ouvert. Celui de M. Perrotel est fermé et n’est plus ouvert jusqu’à la fin de cette séance du conseil municipal.

Suit tout de même une intervention d’Aïssa Benbraham qui s’impatiente et s’agace devant l’insistance de Mme Goueta à vouloir joindre un représentant du groupe LREM. « S’il est en train de négocier c’est pas avec nous… », lance-t-il. S’ensuit une brève intervention de M. Chaïmovitch qui parle d’une tribune à venir dans Colombes Mag, mais aucune allusion à ce que tout le monde vient d’entendre. Cinq jours ont passé et ni lui ni aucun membre de sa liste n’a infirmé d’une quelconque manière l’existence de discussions.

Alors négociation ou pas entre la liste « Pour Colombes et « Colombes, Nouvel air ? » Si oui, qui parmi les colistiers qui se disent à gauche acceptera ce mariage contre nature avec les macroniens ? Nous ne tarderons pas à le savoir. La limite pour déposer les listes en préfecture est fixée au 2 juin 18h.

Christiane Chombeau et Maxime Nampon