Vos priorités pour bien vivre à Colombes

Chose promise, chose due. Durant plusieurs mois nous avons diffusé auprès des Colombiennes et des Colombiens un questionnaire afin de connaître leur degré de satisfaction sur 13 thèmes qui relèvent de la politique municipale et de connaître sur ces mêmes thèmes leurs priorités parmi plusieurs suggestions, en précisant qu’ils devaient n’en retenir qu’une. 

Les enseignements de cette enquête sont assez représentatifs puisque près de 280 personnes y ont répondu ; 44 % via le questionnaire en ligne sur ce site, 56 % sur format papier.

Les répondants se partagent assez bien entre les femmes (48,5 %) et les hommes. Ils sont aussi nombreux à être domiciliés dans des quartiers aisés (Centre / Agent Sarre et Vallées / Petite Garenne) que dans des quartiers populaires (Europe / Plateau / Gabriel-Péri, Grèves / Petit Colombes, Fossés-Jean / Bouviers / Stade).

L’échantillon présente une légère sur-représentation des 36-65 ans (53 %) et des plus de 66 ans (24 %), par rapport aux moins de 35 ans (23 %). Il compte en outre quasiment autant d’« actifs » (salarié, fonctionnaire, indépendant et profession libérale) que d’« inactifs » (parent au foyer, retraité, étudiant et chômeur).

Une insatisfaction démocratique

Sur chaque thème nous proposions aux répondants de faire part de leur degré de satisfaction via cinq pictogrammes allant de « très mécontent » à « très satisfait ».

En moyenne, les répondants sont satisfaits pour les thèmes ayant trait au logement, au cadre de vie, à l’enfance et la jeunesse, à la scolarité, au sport et à la culture, ce qui ne les empêche nullement, on le verra, de souhaiter des améliorations ou réorientations des politiques suivies dans ces domaines.

La satisfaction est beaucoup plus mitigée s’agissant des aménagements urbains, de l’écologie, de la santé et de la sécurité.

Les répondants nous font part enfin d’une forte insatisfaction pour ce qui concerne la démocratie, l’emploi et surtout les impôts locaux.

Ils n’ont pas manqué aussi de nous faire part, dans les espaces de commentaires, de leurs souhaits sur chacun des thèmes que nous leur avions soumis. Nous en reproduisons un bon nombre à la suite des résultats, sans pouvoir être exhaustif.

Une demande de participation et d’information

L’instauration d’un référendum révocatoire des élus remporte la majorité relative des avis prioritaires exprimés par les répondants ; les trois autres suggestions d’actions « prioritaires » sont toutes à peu près à équivalence de pourcentage – ce qui peut être interprété comme une insatisfaction large qui concerne tous les sujets proposés dans le questionnaire.

Vous avez proposé :

« J’ai peur que le référendum révocatoire crée de l’instabilité, peut être un référendum local tout court ? »

« Tirer au sort cinq citoyens inscrits sur les listes électorales qui pourraient avoir voix aux conseils municipaux. Ces citoyens seraient à renouveler chaque semestre. »

« Instaurer des porte-parole pour chaque quartier. »

Pour des emplois pérennes et une économie de proximité

Vous êtes globalement insatisfait de la situation de l’emploi à Colombes. La municipalité y peut-elle quelque chose ? Un citoyen en doute : pour lui ce « n’est pas du ressort de la municipalité ». Il existe pourtant une adjointe (c’est même la première adjointe) en charge du développement économique et de l’emploi, ainsi qu’un service économie dans l’administration municipale.

Favoriser l’emploi pérenne et lutter contre la précarité de l’emploi remporte la majorité relative des avis prioritaires exprimés par les répondants ; deux autres suggestions d’actions « prioritaires » – ne pas gaspiller l’argent public dans des Délégations de service public et des Partenariats public-privé sont à peu près à équivalence de pourcentage – témoignant d’une insatisfaction certaine sur ces thèmes. La promotion d’une économie sociale et solidaire recueille peu de suffrages, sans doute parce que cette branche de l’économie qui regroupe les organisations privées (entreprises, coopératives, associations, mutuelles ou fondations) cherchant à concilier activité économique et équité sociale est encore peu connue.

Vous suggérez :

 « Créer en quelque sorte des emplois dans des métiers favorables au développement durable et penser à une économie plus circulaire. »

« Soutenir plus fortement les jeunes pour les recherches de formation et d’emploi. »

« Le commerce doit être développé ailleurs qu’en centre-ville. Il est difficile pour les personnes âgées de faire des km pour aller chez le boulanger, l’épicier ou le libraire ; installer quelques commerces de proximité en zone pavillonnaire. »

Des impôts trop lourds

La plus grand insatisfaction (mesurée, rappelons-le, par de petits pictogrammes) concerne les impôts. Sans grande surprise reconnaissons-le.

En revanche il n’est pas impossible que cette insatisfaction soit motivée par le faible service rendu en regard des montants réclamés puisqu’à une immense majorité votre priorité est de « mieux gérer les impôts pour assurer de meilleurs services publics à la population ». Seuls 7 % d’entre vous souhaitent « supprimer des services à la population pour baisser les impôts », comme le fait Nicole Goueta localement et Emmanuel Macron nationalement.

Un cadre de vie à préserver

Le degré de satisfaction pour le thème du « cadre de vie » est significativement plus élevé que la moyenne. Toutefois à entendre vos remarques orales ou celles déposées en commentaire libre vous êtes nombreux à lier cadre de vie et écologie, et à vous inquiéter des projets en cours.

L’arrêt de la densification immobilière et spéculative remporte la majorité relative des avis prioritaires exprimés ; deux autres suggestions d’actions « prioritaires » apparaissent comme importantes, l’aide aux associations et la mixité sociale. La préservation des zones pavillonnaires et les jardins partagés apparaissent relativement moins importantes, sans pour autant être négligées.

Vous nous avez dit :

« Il faudrait plus d’espaces verts et moins de béton. Ce qui serait vraiment génial serait de réintégrer la nature au paysage urbain et que la végétation ne soit plus séparée de la rue, du quotidien »

« De vrais parking a vélos. »

« Créer des jardins partagés à la résidence Victor Basch. »

« Enlever les voitures tampons et les voitures accidentées mises par les garages. Fleurir les quartiers. »

Logement : une demande sociale et écologique

Ce sont les deux priorités qui ressortent sur ce thème éminemment important dans le quotidien de chacun. Plutôt bien satisfaits de leur logement, les répondants ne souhaitent manifestement pas que leur ville continue à être livrée au marché. Ils souhaitent que la ville se préoccupe du logement de ceux qui n’ont que de petits revenus, encadre les loyers et les prix de l’immobilier, favorise le logement écologique…

Un citoyen demandait que l’on profite des terrains laissés libres par Thalès pour « faire juste de la végétation dense pour recycler un peu l’air et recréer de la biodiversité ». C’est plutôt un projet de grande densité urbaine qui a été retenu. On pouvait faire mieux en bordure de l’A86.

Vous nous avez dit :

« Arrêter déjà de construire des immeubles à chaque coin de rue et plutôt rénover les vieux immeubles (isoler surtout pour faire des économies et pour que ce soit plus écolo). S’il y a besoin de construire de nouveaux logements, faire que chaque projet d’immeuble soit des immeubles « verts » pensés pour réduire la consommation d’énergie, etc. »

Écologie : le plein d’idées

Volontairement, notre questionnaire se contentait de présenter cinq propositions de priorités. À en juger par les suggestions libres que vous nous avez faites, vous ne manquez pas d’idées pour mettre Colombes à l’heure de l’écologie, signe aussi du retard pris par notre commune dans ce domaine.

D’ailleurs plus de la moitié des répondants demandent d’encourager le recours aux énergies renouvelables (30 %) et de créer plus d’espaces verts (22 %). Le souhait d’une gestion publique de l’eau, de voir le bio s’imposer dans les cantines ainsi que le compostage des déchets et leur recyclage recueillent également des suffrages non négligeables.

Vos suggestions :

« Limiter les véhicules polluants dans le périmètre de l’A86. »

« Plus de panneaux solaires sur les toits des immeubles. »

« Favoriser l’isolation des pavillons anciens en accordant des aides à moins de 2 500 €/mois. »

« Planter des arbres partout où c’est possible afin de lutter contre la chaleur et la pollution. »

« Permettre de cultiver des jardins ouvriers. »

« Il faudrait dédier un terrain (au centre de Colombes ou plus en périphérie) à la permaculture. Avantages : c’est plus productif qu’une méthode traditionnelle, la récolte est plus diversifiée, cela favorise le circuit court et créerait de l’emploi au niveau local, installerait un espace vert conséquent dans le milieu urbain qui recyclerait l’oxygène et régulerait mieux la température… »

« Ouvrir un magasin (épicerie) en vrac, par exemple aux Fossés-Jean, pour inciter les populations qui y habitent à s’y rendre parce que c’est moins cher et favoriser la mixité sociale. Le but est évidemment de réduire la production de déchets des ménages. »

Transports : diminuer la pollution

Si la satisfaction d’avoir un maillage de transports publics conséquent l’emporte chez une majorité de répondants, deux mesures prioritaires rassemblent 70 % des suffrages : la perspective d’une gratuité des transports séduit un grand nombre d’entre vous et, même si celle-ci n’est pas du ressort de la commune mais de la région, nous entendons bien en défendre l’idée partout où nous le pourrons ; encourager l’usage des vélos par des aménagements sécurisants relève en revanche d’une volonté municipale que n’a pas eu l’équipe de Mme Goueta, bien au contraire. Ce qui relie ces deux priorités, c’est le souhait de faire reculer la pollution.

Dans certains commentaires pointe parfois un clivage sur la place de la voiture. A celui qui suggère d’« essayer de faire diminuer l’usage de la voiture » s’oppose celui qui voudrait « favoriser l’accès à la voiture individuelle » tout en reconnaissant que « c’est du ressort de l’État ». Or quand on nous fait remarquer qu’il n’y a « pas assez de places de parkings » sans doute est-ce parce qu’il y a déjà trop de voitures… Assurément le sujet fait polémique.

Vous nous avez dit :

« Il est très difficile pour les séniors ayant de petites retraites d’utiliser les transports, assez coûteux ; gratuité pour les séniors et les étudiants. »

« Diminuer la pollution urbaine en rendant les transports en commun non payants. »

« La gratuité diminue la pollution. »

« Créer de nouvelles formes de transports urbains non payants. »

Des aménagements urbains plus conviviaux

Vous êtes moyennement satisfaits des aménagements urbains existants à Colombes. Assurément la grande place laissée à la voiture, voulue par la municipalité en place, y est pour quelque chose puisque 31 % des répondants estiment prioritaire de repenser le réseau des pistes cyclables. Les autres priorités, qu’il s’agisse de renforcer l’accessibilité des rues aux personnes à mobilité réduite (26 %), d’augmenter le nombre de bancs et de toilettes publiques (22 %) ou de mettre en zone 30 toutes les voies communales (16 %) dessinent le souhait d’une ville plus conviviale.

Vous suggérez :

« Réhabiliter les centres villes dans leur rôle de carrefour des quartiers. Aujourd’hui le centre de Colombes est uniquement tourné vers les classes aisées et Paris. »

« Installer des toilettes ouvertes aux SDF et surtout créer des endroits sécurisés pour ces gens. »

« Refaire les rues et trottoirs très détériorés, exemple : rue Béranger. »

 « Ajouter peut-être plus de poubelles (sans gâcher le paysage non plus), plus d’arbres et de végétation. »

La santé préoccupe les Colombiens

Alors que les médecins généralistes se raréfient sur le territoire de notre commune, ce qui pose un problème pour trouver un médecin traitant signalent plusieurs personnes, vous êtes nombreux à regretter la fermeture du Centre municipal de santé puisque 47 % des répondants estiment que recréer un tel centre pluridisciplinaire est une priorité. « Le système de santé est trop onéreux », se plaignent certains et c’est vrai. Parmi les autres priorités proposées, le développement d’une politique de prévention dans plusieurs domaines touchant enfants et adultes remporte une adhésion importante (23 %), et la création d’un EHPAD municipal, en réponse aux coûts exorbitants pratiqués par les structures privées est réclamée par 14 %.

Vous nous dites :

« Les urgences de Louis Mourier sont saturées (attente de 6h parfois) et il est difficile d’avoir des rendez-vous chez un ophtalmo. »

« Je ne peux pas me faire soigner à l’hôpital Louis Mourier qui est à 10 mn de chez moi : rendez-vous trop long et manque de spécialistes. »

« Créer des centres spécifiques de dépistages (cancer, Alzheimer, etc.) »

« Nationaliser les maisons de retraite. Les personnes âgées sont un véritable or blanc dans cette société inhumaine. »

« Aider les personnes qui sont handicapées. »

Une sécurité à revoir

Cette question, on le sait d’expérience ne fait pas l’unanimité. Un répondant estime que « la municipalité actuelle fait très bien les choses ». « D’après mon expérience, les policiers surveillent bien les quartiers », nous dit un autre. « La police communale a bien trop de moyens », juge en revanche un autre. Certains sont insatisfait de l’accueil qu’ils ont reçu alors qu’ils étaient victimes. Parmi les témoignages qui nous sont revenus, citons celui-ci : « Cette dernière année, j’ai eu à plusieurs reprises ma voiture endommagée fortement sans qu’on me laisse de coordonnées sur le pare-brise. La police municipale m’a indiqué que si je ne voulais pas voir mon véhicule abîmé, je n’avais qu’à pas habiter à Paris. »

Mais ce qui ressort de vos réponses et des priorités retenues c’est tout de même le souhait d’une police de proximité, qui s’occupe de lutter contre les incivilités et troubles du voisinage. C’était la tâche des « gardiens de la paix », appellation qui n’est plus guère utilisée, les policiers ayant été affectés à des missions plus répressives. Face à cette évolution vous êtes 22 % à juger prioritaire de renforcer la prévention de la délinquance, 19 % à souhaiter lutter contre les contrôles au faciès.

Vos suggestions :

« Respecter davantage l’esprit d’égalité. »

« Assurer la présence d’une police de proximité ; instaurer un garde-champêtre qui pourrait patrouiller autour des gares SNCF, des parcs et des résidences pavillonnaires. »

« La police doit accepter de se déplacer pour régler les troubles du voisinage quand on fait appel à ses services. »

« Mettre en place les travaux d’intérêts généraux. »

Des attentes pour l’enfance et la jeunesse

Le degré de satisfaction sur ce sujet est significativement élevé ce qui ne signifie pas, comme pour d’autres domaines de la politique municipale d’ailleurs, que les Colombiennes et les Colombiens n’aspirent pas à des progrès dans plusieurs domaines. Si les « sans opinions » sont plus nombreux que sur d’autres sujets, on le doit surtout à ceux qui n’ont pas ou plus d’enfant à charge.

Hormis un répondant, certainement électeur de la droite (nous avons proposé notre questionnaire à tous sans distinction) qui souhaite « augmenter le nombre de crèches privées, supprimer les aides à l’accession aux activités pour les enfants, instaurer des conseils en développement culturel à leur destination et baisser le coût salarial du personnel d’entretien et périscolaire », vous vous prononcez en nombre pour augmenter le nombre de places d’accueil en crèches et en étendre les horaires, développer les aides à la pratique d’activités sous conditions de ressources, et titulariser les personnels d’entretien et animateurs du périscolaire.

Vous nous avez dit :

« Considérer les crèches comme un service public et non privé. »

« Augmenter le budget alloué aux écoles pour le fonctionnement ; la rénovation de locaux l’augmentation du personnel notamment dans les centres de loisirs. » 

« De meilleures structures pour la jeunesse qui mérite toute la considération de la ville. »

« Prolonger le pass 92 au lycée. »

Pour une école pleinement publique

Concentrer les moyens sur les établissements publics pour un accueil de tous les enfants de Colombes, sans exception, devrait guider la politique de la ville en matière d’enseignement. C’est ce qui ressort des réponses recueillies avec notamment une forte approbation (39 %) du principe selon lequel l’argent public doit aller prioritairement aux établissements publics. Ou quand vous manifestez la volonté que les enfants porteurs de handicap puissent s’insérer dans le cadre scolaire.

Vous nous avez dit :

« Une seule école de qualité, l’école publique. Favoriser l’égalité des chances. » 

« Approvisionner les écoles en besoin rapidement (manuels scolaires, argent…) »

« Les outils informatiques et les manuels numériques doivent être mis à disposition aux personnes n’ayant pas le matériel nécessaire pour les utiliser. » 

« Développer les pratiques sportives culturelles et artistiques amateurs » 

« Essayer d’éviter la ségrégation sociale dans les écoles, elle augmente de plus en plus. »

« Il faut subventionner les écoles privées par l’État et non les municipalités. »

Sport et culture pour tous

La priorité est bien dans ces domaines d’offrir la possibilité à chacun de pratiquer un sport et des activités culturelles ou artistiques quels que soit ses moyens. Vos réponses sont assez explicites. Même si vous êtes globalement satisfaits des équipements et structures existantes sur la ville, vous êtes assez nombreux à souhaiter que les lieux de créations et de diffusion culturelle soient mieux soutenus et valorisés.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions dans les commentaires ci-dessous. Vous pouvez également nous contacter via le formulaire de ce site

2 pensées sur “Vos priorités pour bien vivre à Colombes

Commentaires fermés.